Marguerite O.

par (Libraire)
6 mai 2020

Le livre commence en fait en 1919, et se poursuit jusqu'en 1945. Les sources sont pour l'essentiel anglophones, dont beaucoup de documents privés inédits et même des entretiens avec des personnes maintenant très agées qui 'y étaient'.
Mais il y a aussi les impressions d'un groupe d'étudiants chinois venus de Paris (!) et l'histoire d'un doctorant chinois, lui aussi, qui s'est trouvé bloqué à Heidelberg jusqu'à la fin de la Guerre.
Les voyageurs viennent de tous les milieux et vont en Allemagne pour diverses raisons. En plus, il y a des femmes qui y vivent après leur mariage et des sympathisants du régime nazi qui choisissent de rester jusqu'au bout.
Que voyaient, que pensaient ces gens? Un des témoignages les plus extraordinaires est celui de l'universitaire noir américain qui fut reçu par Hitler.
Très prenant, facile à lire et fascinant de bout en bout.

Anna la Douce

Kosztolanyi, Dezsö

Viviane Hamy

7,50
par (Libraire)
6 mars 2020

Budapest. 1919. La tentative de révolution a échoué. Après quelques mois inconfortables il n'est plus nécessaire de se donner du camarade avec le concierge ni de garder sa carte syndicale sur soi. Les gens comme il faut osent de nouveau s'habiller avec élégance. La vie reprend son cours normal.
Et Mme Vizy peut se consacrer à sa grande affaire: trouver la bonne convenable. Que de bonnes sont passées par l'appartement des Vizy, presque toutes mauvaises: paresseuses ou voleuses ou impertinentes... Et celles qui donnent satisfaction ne restent pas. Mais voilà que se présente Anna: taiseuse, travailleuse. Douce.
Un des romans les plus célèbres de la littérature hongroise: humour froid et tableau social. Et Anna, l'opaque...

par (Libraire)
6 mars 2020

Née en 1924, Hanni connaît une enfance heureuse et protégée malgré les graves problèmes économiques qui frappent l'Allemagne. En même temps qu'elle grandit le régime national socialiste met en pratique les mesures contre les juifs. En 1943, orpheline, elle assiste à la déportation de sa grand-mère chez qui elle vit. Peu de temps après, elle échappe par hasard à une rafle et décide de fuir, de se cacher- mais où?
Comment une jeune fille juive a survécu à Berlin pendant la Guerre, hébergée et protégée par des amis courageux.
Un témoignage extraordinaire, émouvant et un hommage à ces « héros silencieux » .

La Septième croix

Anne-Marie Métailié

22,00
par (Libraire)
6 mars 2020

Milieu des années 30. Quelque part en Allemagne occidentale sept hommes s'évadent d'un camp de concentration. Ils se séparent et chacun essaie de faire seul son chemin pour passer à l'étranger. Les routes et frontières sont surveillées, ainsi que les péniches sur le Rhin. Dans le camp on dresse sept croix, bien visibles, destinées aux fugitifs.
Certains seront capturés très vite et exécutés. Pendant plusieurs jours nous suivons le parcours de l'un d'entre eux. La septième croix va peut-être rester vide...
L'évocation saisissante d'un paysage beau et indifférent dans lequel s'agitent des humains. La peur et l'espoir des évadés, prisonniers politiques enfermés pour leur opposition à ce régime de terreur. Ceux qui essaient de les aider et ceux qui ne le font pas.
Un roman d'une rare puissance, entraînant, à l'ambiance extraordinaire. Un chef d'oeuvre!

Bolchoï Confidentiel

Morrison, Simon Alexander

Belfond

21,00
par (Libraire)
10 janvier 2020

Le théâtre Bolchoï (« Grand ») à Moscou abrite une splendide compagnie d'opéra et le ballet le plus célèbre au monde. Ce livre raconte l'histoire tumultueuse, parfois sulfureuse, du ballet Bolchoï. Et ce n'est pas fini!
Les commencements sont incertains dans le Moscou encore peu développé du 18°siècle. Au cours du 19° le ballet du Bolchoï croît en qualité et en réputation. Son grand rival, le ballet Mariinski (renommé Kirov pendant la période soviétique) à St Petersbourg, est favorisé par sa position dans la capitale impériale. Après la Révolution et le rétablissement de Moscou comme capitale, c'est au tour du Bolchoï de briller de tout son éclat.
À l'époque de l'URSS les Occidentaux visitaient rarement l'Union Soviétique et les Soviétiques voyageaient peu en dehors du bloc communiste. D'où, sans doute, l'aura qui entourait le Kirov et le Bolchoï dont les tournées à l'étranger étaient un événement. Le Bolchoï, en particulier, servait de vitrine prestigieuse du système soviétique. La visite à Moscou de dignitaires étrangers comportait, bien sûr, une soirée au ballet.
Danseurs superbes, expériences artistiques, écueils politiques (qui étaient souvent très dangereux), catastrophes (incendies, guerres) personnalités et rivalités – tout y est!
Sur fond de recherches profondes dans les archives et d'entretiens*, avec un cahier d'illustrations, ce livre est fascinant!
* Les sources et l'index ne sont pas imprimés mais sont disponibles sur le site de l'éditeur ou par flashcode sur la page 2.