La fractale des raviolis

La fractale des raviolis

Pierre Raufast

Alma Éditeur

  • 24 janvier 2015

    Nouvelles

    Récits gigognes, à tiroirs, en abyme, je dirais plutôt courtes nouvelles à points communs (il faut bien que je me distingue).

    Le titre m'intriguait, moi qui adore les raviolis à la sauce tomate. Quant à la fractale, j'avais de vagues souvenirs mathématiques.

    Comme l'explique si bien l'auteur dans son autoportrait en fin de volume, il aime raconter des histoires à ses filles.

    Le temps d'une après-midi, Monsieur Raufast m'a raconté des histoires, et j'ai aimé. Il ne m'en restera sans doute pas grand chose dans quelques mois, si ce n'est une vague suspicion à l'idée de manger des raviolis agrémentés d'herbes de provence...

    L'image que je retiendrai (attention spoiler) :

    Celle de la météorite tombant dans la cuisine à côté du sachet d'herbes aromatiques.

    http://motamots.canalblog.com/archives/2015/01/22/31268811.html#comments


  • par (Libraire)
    23 août 2014

    Vous allez en redemander!

    Elle décide de tuer son mari avec des raviolis empoisonnés car elle en a assez de ses infidélités. Le plat est prêt quand soudain un souvenir surgit. Il va déboucher sur l'histoire des vierges de Barhofk, vous connaissez? Et enchaîner sur l'étrange don de Paul Sheridan, continuer par l'arnaqueur des cimetières, nous entraîner vers le drame de Grimalov, ainsi de suite, pour revenir à notre tentative d'assassinat.

    Excellent, drôle et bien mené!


  • 18 août 2014

    Coup de coeur littérature française

    Lassée par les infidélités nonchalantes de son mari, et par ses excuses inexcusables (la dernière en date étant : "je l’ai sautée par inadvertance"), une femme décide d’en finir une bonne fois pour toutes. Elle a donc préparé un plat de raviolis prêt à accomplir le crime parfait. Mais le petit voisin s’invite au dîner et tout bascule : les événements s’enchaînent, le livre se déroule à la façon de poupées russes, comme si chaque histoire pouvait en cacher une autre.


    C’est ainsi que l’on apprendra le secret des Vierges de Barhofk, qu’on fréquentera un arnaqueur de vieilles dames, qu’on découvrira une maladie qui transforme la vision en infrarouge et qu’on frissonnera à l’idée qu’un enfant puisse imaginer "cinquante façons astucieuses de tuer une sauterelle". Tour à tour drôle, cynique, absurde ou dramatique, ce roman composite est un vrai bonheur de lecture. Pierre Raufast réussit parfaitement l’exercice de style, jusqu’à la chute finale. Et la boucle est bouclée !