Confession téméraire
EAN13
9782889600045
ISBN
978-2-88960-004-5
Éditeur
La Baconnière
Date de publication
Nombre de pages
160
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
275 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Confession téméraire

La Baconnière

Offres

Anita Pittoni (1901-1982) est une femme de lettres italiennes sortant absolument de l’ordinaire. Styliste, écrivaine, éditrice, elle a un sens du travail et de la beauté qui explose dans chacune de ses activités. Dans le domaine de la mode, dans l’Italie des années 1950, elle dessine et compose une ligne de vêtements et surtout s’engage pour la défense de l’artisanat et contre la production de masse. Amie des intellectuels triestins parmi lesquels Roberto Baslen (l’un des fondateurs de la célèbre maison d’édition Adelphi) et le poète Umberto Saba, elle tenait salon et a monté une maison d’édition, Lo Zimbaldone, au catalogue remarquable (Italo Svevo, Umberto Saba, Giani Stuparich, Benedetto Croce…)
De cette effervescence intellectuelle, elle tire ses écrits. Délicats et puissants, ils sont souvent courts, sous forme de nouvelles, journaux, bribes, et époustouflants.
Confession téméraire est une suite de petites proses inspirées de la vie intime d’Anita Pittoni.
« Les douze récits qui composent ce volume forment un tout, écrit Pittoni, relié par une constante vision introspective qui a son origine dans le rapport entre la vie intérieure et les événements, en tant qu’affrontement (ou drame) pacifié ; exprimé dans l’imagination par des images et des symboles. […] je dirais, si on me le permet, qu’il s’agit d’une formation géologique d’origine volcanique. »
Ses réflexions sont nourries par cette vision introspective et elle se place d’emblée sous la protection de Nietzsche : « C’est la même terre, te dis-je, la même terre ! Ce sont mes herbes fragiles, mes humbles fleurs des champs, mes amers chênes rouvres, et les arbres immenses de Nietzsche, forts, bien enracinés, capricieux, qui donnent un sens aux horizons. »
On découvre ainsi tout au long de ces proses une femme d’un grand courage, celui d’être aimante et intellectuelle et d’affronter sa créativité. Un exemple d’une puissance très rare.
« Je suis folle, une femme dénuée de sentiment, je ne sais pas nourrir des sentiments vrais, et j’ai d’autres défauts. Il suffit que je veuille bien me voir telle que je suis, que j’aie le courage de me dire clairement le jugement porté sur moi et sur mes mouvements pour me sentir bouleversée. Franchement, je ne sais pas comment j’ai eu la force de me supporter. »
S'identifier pour envoyer des commentaires.