Pascale B.

Conseillé par
20 décembre 2023

Plaisirs vénitiens

Carmen, commissaire de police italienne au caractère trempé et son adjoint Michaël, entraîne le lecteur dans une enquête captivante, suite à la mort suspecte d’une jeune femme à Montmartre.

Mêlant polar et voyage à Venise, l’histoire implique une double immersion, tant dans les coulisses de la mode que dans l’organisation de la police italienne et la collaboration internationale.
L’écriture contemporaine est rythmée, à rebondissements et riches en anecdotes historiques du XVIIIᵉ siècle. Malgré le spoiler de l’auteur à mi-parcours, l’histoire conserve son caractère original maintenu par le suspense.

Un thriller efficace qui offre une vraie fin, comprenant une scène ingénieusement articulée, laissant entrevoir une possible ouverture pour un second tome.

Expériences du deuil et pratiques funéraires

Gallimard

20,00
Conseillé par
17 décembre 2023

Une nuit par semaine avec un fantôme

Suite à la perte d’un proche, Jennifer Kerner réalise, 15 ans plus tard, un ouvrage hybride combinant un essai sur la mort et un récit de voyage archéologique funéraire, guidée par le désir de comprendre comment gérer la perte de l’être aimé de trouver les clés pour aller mieux.
Jennifer Kerner partage ses voyages, rencontres et ses fouilles archéologiques, alternant son récit de monologues avec son défunt.

Ses réflexions intimes et scientifiques sur la manière de voir et de traiter les défunts, sur la variété et la complexité des rites funéraires à travers le monde, les symptômes et reliques du veuvage, anecdotes du passé et faits divers rendent ce récit particulièrement intéressant et riche en données inconnues provenant d’autres populations (humusation, chöd, etc.)

L’auteure soulève la question de l’avenir de la mort, des perspectives culturelles et sociétaires entourant la mort, un sujet universel.

« La crémation est une calamité dans la culture confucéenne où il est capital de conserver intact le corps »

« En pleurant pour les morts, vous avez essuyé les larmes des vivants. Nous sommes joyeux maintenant »

Mercure de France

19,80
Conseillé par
9 décembre 2023

Mon frère, ma légende

Anéanti par l’erreur médicale ayant entraîné la mort de son frère, brillant généticien, l’auteur raconte et évoque leurs souvenirs communs.

Opposant les manquements et responsabilités de l’hôpital dilués par la famille des soignants aux dévouement et exemplarité hors pair de son frère auprès des patients, Olivier Frébourg remonte le temps.
Au gré de lectures et de publications, il dresse le portrait de son frère, revient sur le mythe de l’enfance heureuse qui laissait croire au bonheur éternel.
La douleur et l’injustice ressentie transparaissent de manière poignante, déplorant la défaillance de la société contemporaine et le manque d’empathie.

À la fois un constat malheureux sur le dysfonctionnement de la médecine moderne et un magnifique hommage fraternel, le tout enrichi par une écriture délicatement ponctuée d’adages. Olivier rend ici la médecine et la littérature indissociables.

« Ne pas dire toute la vérité sur la mort d’un homme, c’est le tuer deux fois »

« Nous étions dans la rêverie de la vie, dans cette ville de Fort-de-France fort de l’enfance »

« Mon frère si compétent était mors de l’incompétence »

Conseillé par
7 décembre 2023

A bout de souffle

L’histoire se situe dans les Pyrénées Aragonaises, à l’orée de la guerre civile espagnole.
L’instituteur d’un village raconte le déroulement de faits survenus à Biescas de Obago.

Dans une société patriarcale marquée par des inégalités criantes, un berger amoureux, proscrit et jugé indigne d’une fille de riche, se rebelle et décide de braver les conventions sociales afin de gagner son autonomie.

L’épopée de Ramon, homme hardi et prêt à tout pour conquérir sa bien-aimée, prend vie sous la plume habile de Lorenzo Mediano et devient une véritable aventure héroïque. Le lecteur tombe sous le charme. En dépit de la terre et du climat, les rumeurs cruelles et surnoms méprisants favorisés par la cupidité des villageois et la vacuité de leur existence ; c’est le magnifique portrait d’un homme déterminé et dévoué qui domine ce récit à suspense.

Tragique conte populaire et personnages marquants décrits avec délicatesse et savoir-faire, véhiculant une belle leçon face à la haine. À découvrir assurément.

« … ceux qui achètent un journal ne veulent pas, au fond, comprendre quoi que ce soit, ils souhaitent juste avoir l’illusion de savoir, mais sans y consacrer le temps nécessaire »

Mercure de France

23,80
Conseillé par
1 décembre 2023

Les ailes de l’ange Gabriel

Freda, 87 ans, évoque son enfance.

Évacuée pendant la guerre dans les Fagnes, elle fut placée très jeune dans une famille démunie et peu aimante. Ses premières heures dans ce coin perdu d’Angleterre sont empreintes d’une inquiétude face à l’inconnu, la misère, le froid, la saleté…

Philip, jeune homme solitaire, fragile, pacifique, mène une existence paysanne dans un phare isolé, immergé dans le travail et la peinture.
Leur rencontre naît de soins donnés à une oie blessée ; une amitié étrange se tisse entre eux, partageant des moments simples tels que la poésie et la lecture, le plaisir de donner ; de s’ouvrir des portes… Les distractions sont si rares. Ces deux âmes solitaires progressent côte à côte, s’offrant l’oxygène nécessaire pour évoluer dans un milieu hostile.
Ce roman dévoile une belle amitié réconfortante et poétique qui comble les manques, un récit imprégné d’un contexte historique éprouvant où les sentiments humains sont plus que nécessaires.