Betty D.

par (Libraire)
23 août 2021

Orgueil et fureur

Il faut se laisser porter par la prose de l'auteur, imposante et précise, précieuse dans sa justesse, dans le détail. Les paysages vous parviennent déjà au travers des premiers mots, loin derrière la ville quittée, la nature est à la portée de votre main, le chemin amorcé sera long et abrupt, vous le percevez déjà. La tension est palpable, imminente. A l'instar des animaux sauvages, les sens sont en alerte. La végétation est intense, potentiellement protectrice pour l'enfant qui découvre un univers tout nouveau aussi étranger qu'oppressant. Tragédie ample et singulière dans laquelle se déploient la colère assourdie devenue fureur du père dévoré par une rage et un orgueil démesurés, son extrême vanité dans une obscure tentative de reconstruction. C'est l'histoire de l'apprentissage de la violence entre un père et son fils. C'est sombrement somptueux, puissant. C'est le roman d'une destruction réfléchie, mesurée et orchestrée.

Roman

Sabine Wespieser Éditeur

23,00
par (Libraire)
23 août 2021

Obsessions et embrasements

Magnifique découverte littéraire, un texte puissant et prégnant qui vous aspire littéralement, entraînant le lecteur dans un tourbillon de feux et d'obsessions variées. Portraits de deux pères diamétralement opposés, partageant toutefois autant de désarroi, de peurs et de désespérance quant au quotidien brûlant et à l'avenir complètement incertain de leurs enfants. Auraient-ils engendré des monstres, des terreurs potentielles décidées à tout saccager?
C'est aussi un portrait contemporain de Belfast ironique, parfois acide et piquant, complexe. Une ville prête à s'embraser à la moindre étincelle, à la moindre colère, à la plus petite déception, laissant malgré tout deviner l'amour porté par l'auteure à cette cité longtemps ensanglantée.

17,50
par (Libraire)
23 août 2021

Ce roman social, à la narration concise et efficace constate l'air de rien les conséquences de la politique de l'enfant unique dans la Chine contemporaine, les effets pervers de la corruption et de l'enrichissement personnel généralisé et l'appât de l'argent démesuré. C'est tout le paradoxe vivant de la Chine, un pays qui se voudrait intègre, érigé en modèle social exemplaire en apparence mais qui recouvre de nombreuses facettes et des disparités flagrantes, économiques et sociales. Chacun tente de vivre comme il le peut, naviguant au jour le jour entre astuces et combines.
Avec nuances, fantaisie et justesse, l'auteure dévoile des personnages fragilisés, profondément humains: un enfant unique ultra-choyé, malicieux et capricieux, finalement très solitaire, une nourrice secrètement blessée, intensément aimante malgré les déceptions, déterminée à affronter les aléas.

Prix Médicis 2021

Flammarion

19,50
par (Libraire)
22 août 2021

"l'inceste est une mise en esclavage"

Dans ce douloureux roman, Christine Angot s'interroge et s'insurge contre la société contemporaine dominée par le patriarcat qui touche toutes les couches sociales. Le patriarcat et son pouvoir ultime est sans cesse brandi comme un sceptre au dessus des lois. Il fixe les normes et les comportements physiques et langagiers. Tout le monde suit, dans l'indifférence ou dans le silence. On peine encore à reconnaître que l'inceste est un crime. L'auteure examine le mécanisme de l'emprise et de la domination entraînant une dévastation permanente et existentielle. C'est son enfance brisée et meurtrie de nouveau explorée, la douleur permanente à l'âge adulte. Elle dit la peur de dire, celle de dire non, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de décevoir et le refuge que l'on trouve dans le silence et les non-dits, le corps qui prend tous les coups, physiques et psychologiques. Elle dit les peurs tout simplement. Elle rêve d'avoir une relation normale avec son père, une relation de père à fille normalisée sans contrainte et sans violence et comprendra trop tard sa naïveté après l'avoir souhaitée et demandée. L'enfance et la filiation sont niées, manipulées, anéanties. Le consentement n'existe pas, comme absorbé dans la déraison et dans la démesure, sous l'influence du père. "Le voyage dans l'Est" est un roman sincère sur une douleur prégnante et des silences destructeurs nécessaires à l'entendement commun.

17,90
par (Libraire)
22 août 2021

Fantaisie paternelle

Roman empli d'élégance et d'humour mesuré dans lequel Amélie Nothomb évoque l'enfance et la jeunesse de son père tout en charme et tout en fantaisie. Orphelin de père, cet enfant discret, curieux, observateur cultiva très tôt une capacité d'adaptation à toutes les situations, parfois cocasses, étranges et inattendues. Passer des vacances dans la famille Nothomb, de surcroît en temps de guerre n'était pas de tout repos mais s'avéra très formateur pour les années qui suivirent. Hommage littéraire à son père qui fut aussi un habile diplomate et un négociateur inlassable.