Sylvain T.

par (Libraire)
17 septembre 2020

Chaque rentrée littéraire, nous nous attendons à être surpris, ouvrir un livre est se dire : « je la tiens, ma perle de cette année ! » Et quelle perle..! Une pierre (précieuse et loin d’être sèche !), un lumineux petit pavé dans la marre romanesque de cette rentrée… Après un violent orage, Monsieur Sécaillat vient toquer à la porte de son voisin, le narrateur, pour lui faire part de sa découverte après l’effondrement du mur séparant leur deux propriétés. Ces deux protagonistes, qui n’entretenaient guère contact, se voient embarqués dans une fouille archéologique clandestine qui changera leur vie… Un chat aux pattes de hussard, des légendes, des mythes et ce pays de Provence qu’est le Luberon nous est ici conté avec une rare émotion, servit par une merveilleuse langue hybride, mi française, mi provençale, où Giono, Bosco, Mistral et Pagnol se joignent à cette symphonie pour notre plus grand bonheur. Sa chante, sa crépite, sa souffle, Olivier Mak-Bouchard nous emporte avec lui dans ce voyage à travers le temps et l’espace, nous invitant à prendre, tel Syrius, un peu de hauteur afin de contempler cette terre qui lui est si chère, ballotée par cet indomptable Mistral, tout en nous rappelant à juste titre notre petitesse face au cosmos… (N’est ce pas la définition du Sublime chère à Longin..?) Plus qu’un (premier) roman, c’est une fable mythologique, « un bel mentir » qui nous rappelle à juste titre la justesse de cette sagesse païenne et ancestrale de nos ainés, une bouffée d’air frais, une parenthèse enchantée en ces temps difficiles. Et fatche ! Que ça m’a plu !

Roman

Actes Sud

22,00
par (Libraire)
16 septembre 2020

Après l’excellent Les Bourgeois, Alice Ferney nous convie à une nouvelle saga, une jolie odyssée de la vie intime à travers le prisme de deux couples sur deux générations successives. En effet, l’auteure de La Conversation amoureuse nous plonge dans les mécanismes et les méandres du couple, auscultant, telle un détective à la loupe et avec une impressionnante lucidité, les mécanismes de l'amour et ses écueils. transports amoureux, partage, adoration, orgueil, fusion, trahison, pardon, tyrannie, frustration : l'infinie palette des sentiments humains est déclinée dans ses subtiles nuances, où le spectre du psychanalyste anglais John Bowlby rode à travers les pages.. Brillant, intelligent, Alice Ferney réussit de sa plume d’une rare élégance à entremêler comédie de moeurs et pamphlet engagé avec maestria. Déterminisme, indéfectible attachement,
vouloir ce que l'on possède et désir, sont quelques une des questions que l’on se pose à la suite de cette délectable lecture.. Une vraie réussite !

par (Libraire)
15 mai 2020

Paris, 1789. A travers le regard de Balthazar Janvier, jeune « grouillot » de Lavoisier, Béatrice Fontanel nous plonge avec bonheur en pleine Terreur ! Période pourtant largement écrite et décrite, Dans la tête de mon maître grouille d’anecdotes pertinentes, éclairant ainsi, non sans humour, nos connaissances sur la Révolution. D’un style vif et allègre, c’est non seulement tout un pan de la fin du XVIIIe siècle parisien auquel nous convie l’auteure mais aussi une superbe redécouverte des progrès scientifiques de l’époque (montgolfières, théorie de la combustion, synthèse de l’eau…) Non sans rappeler le Candide de Voltaire et le « picaro » de Cervantès, le récit de Béatrice Fontanel nous emporte avec malice dans le tragi-comique de notre Histoire où la folie des hommes s’avère décidément, si infinie… Une jolie lecture divertissante et didactique !

Mémoires fictifs

Monsieur Toussaint Louverture

26,00
par (Libraire)
14 mai 2020

« …Il devient impossible de séparer ce qu’on ressent du bout des doigts de ce qu’on ressent à l’intérieur, si bien que toucher, c’est être touché, et aimer, c’est plus réel que les promesses, l’espoir, l’envie et la peur, qui jusqu’à présent ont été plus réel que tout. » Cette phrase de Thompson cristallise à elle seule le foisonnant dernier livre de Frederick Exley. L’auteur de l’inclassable Dernier stade de la soif revient nous bousculer avec une nouvelle biographie-fiction oscillant merveilleusement entre cynisme hilarant et beauté tragique de l’existence. L’on suit le narrateur en prise tant avec une hôtesse ravageuse, ou un ivrogne irlandais qui le séquestre, qu’avec son frère militaire mourant. D’un ton toujours juste, vertigineux par son style et sa langue acérée, Exley nous embraque encore dans un tourbillon de sexe, d’alcool et de réflexion existentielle avec une rare efficacité. Il y a du Steinbeck, du Fante chez Exley mais aussi de la poésie dont lui seul à le secret : cette capacité d’un charme terrifiant à nous dépeindre la psychologie masculine et traduire une vision romantique de la vie tout restant plein d’humour. La vie est tragique, celle de Frederick Exley le fut aussi, mais à travers un admirable geste d’amour qu’est l’oeuvre de cet américain inclassable, dérangeant mais tellement attachant… Un petite à lire sans modération !

Trois mille kilomètres en canoë à travers l'Alaska

Albin Michel

21,90
par (Libraire)
8 mai 2020

Entre aubépine brillante et rivière luisante, Adam Weymouth, jeune militant environnemental londonien, nous livre à travers son premier livre une aventure tant lyrique que palpitante. Analysant les effets du changement climatique à long terme sur les écosystèmes, l’auteur des Rois du Yukon nous offre un récit des plus rafraichissant et des plus dépaysant. La déconnexion entre notre existence urbaine confortable et les ravages qu'elle fait sur l'environnement a propulsé Weymouth dans l'extrême nord américain pour pagayer deux mille miles à travers la nature sauvage en canoë sur la piste du saumon royal, du lac MacNeil jusqu’à la mer de Beiring, jonglant entre populations ancestrales autochtones et magnificence naturelle. Lumineux, riche et envoutant, l’on suit Adam et les saumons, telle une symphonie, nous emporter tant dans l’analyse écologique que dans la poésie de leur géographie sensible, sans jamais tomber dans l’excès. La juste mesure du ton élégiaque vient en contrepoint aux tragiques constats, concluant ainsi « qu’il est important de trouver un équilibre entre la joie et cette désespérante réalité écologique. » Il ne reste plus qu’à nous laisser bercer par les beautés sensorielles que nous offre la prose d’Adam Weymouth.. Une très belle découverte !