Ceux qui n'avaient pas trouvé place, roman
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Française
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ceux qui n'avaient pas trouvé place

roman

Grasset

Littérature Française

Offres

  • AideEAN13 : 9782246821045
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    10.99

Autre version disponible

« Jamais personne ne m’est apparu plus secret, ou pour mieux dire, plus caché,
plus dissimulé, que Serge Elkoubi. Lui dont l’histoire même paraissait inciter
à une forme prégnante de mélancolie (et qui, au fil des années, s’y
abandonnera de plus en plus volontiers) semblait paradoxalement ne se
supporter qu’au présent. Un présent qu’il ne renonça jamais à vouloir modeler
pour le seul profit de sa légende. »
Bordeaux, années 60, un jeune homme à l’œil bleu acier change chaque semaine
de voiture et de fille. Charmeur, avide de vitesse et de vie, Serge Elkoubi
séduit les femmes et fascine les jeunes bourgeois avides de s’encanailler. Il
navigue en eaux troubles, mystificateur, pilote de course, voleur de voitures,
petit escroc. S’il a pu maintes fois vérifier l’effet de son bagout sur les
juges, il n’échappe pourtant pas à la case prison, où se réjouit de l’y voir
son père, ancien déporté sans pitié pour son hédoniste de fils.
Les plages du monde, années 70. Serge quitte la France, vers l’Espagne, le
Mexique, l’Indonésie... Énigmatique, il achète une nouvelle identité et change
d’activités, s’accordant à la vague hippie  : ça et là toxicomane, dealer,
fabricant de paréos ou gigolo à ses heures. Celui que l’on appelle désormais
Serge Dalia fuit le passé aussi vite que son ombre et finit par atterrir sur
l’île de Saint-Martin, reclus volontaire dans sa propre légende.
Quête et enquête autour d’un être insaisissable pour tous, tant pour ses
enfants qu’il a à peine connus, que pour Bianca qui fut son alter ego féminin,
ou encore son meilleur ami et avocat qui le suivit toujours. Par la grâce
d’une écriture aussi limpide que son sujet est trouble, Olivier Mony cherche
ici à dire l’absence, à briser la couche de glace et d’oubli qui obscurcit la
mémoire, à restituer le mentir-vrai d’un être.
S'identifier pour envoyer des commentaires.