Miró. Un feu dans les ruines Nouvelle édition
EAN13
9782754114684
ISBN
978-2-7541-1468-4
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
Bibliothèque Hazan
Nombre de pages
408
Dimensions
21 x 14 x 2 cm
Poids
636 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Miró. Un feu dans les ruines Nouvelle édition

De

Hazan

Bibliothèque Hazan

Offres

L’œuvre de Miró (1893-1983) a pris feu dans les ruines de la tradition de la représentation en Occident. Comment comprendre l’extraordinaire énergie créatrice qui s’est déployée entre ses débuts en Catalogne, son premier séjour à Paris en  1920 et la Seconde Guerre mondiale  ? Au cours de cette période d’intense recherche mûrissent et s’élaborent les ferments d’une pensée qui irriguera l’œuvre de l’artiste jusqu’en ses ultimes prolongements.
Une première approche consiste à replacer l’artiste dans le vaste contexte des poétiques du mythe, contemporaines de son œuvre. Que Miró ait voulu parer ses créations de feux mythiques signifie qu’en sympathie avec le surréalisme et avec d’autres sensibilités proches (celles, en particulier, d’André Masson, de Michel Leiris et de Georges Bataille), il a été saisi par le désir de faire résonner, dans l’édifice brisé des formes de la représentation, la vibration éclatante des origines. Miró a passionnément participé à cet exhaussement d’un socle que la désagrégation de la culture classique européenne allait mettre au jour, par grandes concrétions d’images sauvages, irriguées d’une violence archaïque, secouées d’un rire métaphysique. Tous les récits, tous les objets venus d’horizons non européens ont été compris dans cette lumière, celle d’un nouveau savoir émergeant des ruines, et encourageant à accroître la destruction pour se parfaire. C’est ainsi que le jeune peintre s’est rendu célèbre en voulant de tout son être, disait-il, «  assassiner la peinture  ».
Une autre voix, cependant, n’a pas cessé de se faire entendre en lui. Redevable à l’expérience solitaire de la campagne, au repliement méditatif, dans les champs de sa ferme de Montroig, cette voix ignorait les débats tempétueux de l’art contemporain et les rêveries primitivistes. Elle encouragea l’artiste à distendre le réseau des représentations pour remonter vers un sentiment de la vie intérieure irréductible à toute image. Il s’agissait donc de rendre les images, dans leur fragilité, dans leur ruine, réceptives à une résonance invisible, celle de la pure subjectivité.
Entre ces deux postulations – le mythe collectif et la vie intérieure –, l’œuvre a maintenu pendant un peu plus de deux décennies une tension, souvent portée à un point extrême d’incandescence, qui a fait sa singulière grandeur et sa gravité.
Publié pour la première fois en 2004, ce texte essentiel dans l’historiographie du peintre a été mis à jour par Rémi Labrusse à l’occasion de l’exposition que le Grand Palais consacre à Miró à l’automne 2018.
S'identifier pour envoyer des commentaires.