Un amour impossible, prix Décembre 2015

Christine Angot

Flammarion

  • 26 octobre 2015

    conversation narcissique

    J'ai beaucoup de mal à écrire quelque chose concernant ce roman et pourtant il faut que je le fasse pour décrire un malaise, un sentiment très étrange qui ne me quitte pas depuis que j'ai lu la dernière page. En fait, je me pose une question essentielle : pourquoi Christine Angot a-t-elle écrit ce livre ? A-t-elle encore besoin à 56 ans de régler ses comptes avec ses parents et de les traîner en première ligne, au regard de l'autre, alors qu'une bonne psychanalyse aurait peut-être fait meilleur effet ? Pour moi, il ne s'agit pas, comme on a pu le dire, d'une déclaration d'amour mais plutôt d'une longue conversation narcissique. J'ai écouté Christine Angot lors de plusieurs interviews et j'ai eu envie de lire le roman, mais je ne l'ai pas aimé et je regrette que cet auteur ne puisse pas - enfin - et malgré ce qu'elle a vécu, passer à autre chose.


  • par (Libraire)
    18 septembre 2015

    Coup de coeur de Céline

    « Une mère est la seule personne que l’on ne rencontre pas » dit Christine Angot. En effet, on nait en elle, on fait partie d’elle. C’est cet amour fusionnel, cet amour impossible qu’elle décrit dans son roman, un amour malmené par la présence / absence d’un père trop exigeant …


  • par (Libraire)
    2 septembre 2015

    Christine Angot parle, dans son nouveau roman, de sa mère. Comment a-t-elle rencontré son père, comment dès le départ il lui dira qu'il ne l'épousera pas parce qu'elle n'est pas assez bien pour lui, comment il détruira toute confiance en elle au point de ne pas voir le drame que vit sa fille...
    A travers ce texte, Christine Angot nous touche, nous bouleverse et donne envie de lire ses précédents romans si ce n'est déjà fait.


  • 1 septembre 2015

    Une œuvre cohérente et singulière

    Après _L’inceste_ et _Une semaine de vacances_, Christine Angot reprend son travail autobiographique avec cet _Amour impossible_ qui explore une nouvelle facette de son histoire. Il est question ici de Rachel Schwartz, mère de la romancière. Rachel a vingt-six ans, vit à Châteauroux et travaille à la sécurité sociale. Elle est très jolie. Arrive un jour en ville un jeune homme, Pierre Angot, grand bourgeois parisien très cultivé. Ils tombent amoureux et décident de faire un bébé mais, comme le laisse entendre le titre du livre, leur amour est impossible, condamné d’avance en raison, nous dit et nous démontre Christine Angot, de leur différence de classe sociale.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    31 août 2015

    Dire l'impossible

    « Un amour impossible » est une remarquable déclaration d'amour à la mère, brisant les interdits et les non-dits. Christine Angot ne se contente pas de parler de sa mère ni sur sa mère mais elle l'incarne et l'ntériorise littéralement depuis sa jeune enfance jusqu'à la vieillesse aujourd'hui. D'une grande fluidité romanesque, ce roman n'est ni attendri, ni nostalgique. Sans doute le plus accompli et le plus bouleversant de toute son œuvre, le plus serein, jusqu'à transfigurer la tragédie familiale et personnelle en un roman social.


  • par (Libraire)
    31 août 2015

    Incontestablement Christine Angot sait écrire les sentiments, elle appartient à cette tradition de la fiction qui tourne autour de soi et fait écho par ce biais de proximité à la l'universel de nos vies : ici, à ce rapport si fort, si oublié de la fiction, souvent trouble d'une mère et d'une fille.
    Depuis plusieurs saisons littéraires ce lien inspire les écrivains, celui-ci en représente un excellent opus. Le coeur palpitant et saignant de cette relation fut un silence, Angot s'empare du dialogue, toujours concis pour dire ce manque.
    A ceux qui n'ont que mépris pour l'autofiction et la croit un abandon du grand roman, il faut lire dans ce récit particulier comment la connaissance de soi est une façon priviligiée d'enquête, de recherche de vérité et de réel, autant d'élements à l'origine de toute grande fiction.


  • par (Libraire)
    30 août 2015

    Châteauroux, fin des années 1950. Rachel tombe follement amoureuse de Pierre. Il refuse de se marier avec elle. Cette femme appartient à un milieu qui n'est pas le sien. Elle accepte. Il ne s'oppose cependant pas à avoir un enfant avec elle, Christine, qu'elle devra élever seule. L'enfance se passe bien. Une relation fusionnelle s'installe entre elles. À l'adolescence, Pierre reconnaît officiellement sa fille, qui, fascinée par ce qu’il lui fait découvrir, s’éloigne de sa mère. C'est à cette période que tout se complique, est remis en question, que la relation mère-fille explose. Bien plus tard, André, ami de la famille, découvre le pot-aux-roses et le dit à Rachel. Dès lors, les relations mère-fille se détériorent encore plus. Christine en veut à sa mère de n'avoir rien fait, rien découvert et surtout de n'avoir rien dit.
    Un amour impossible est remarquablement bien construit dans un style maîtrisé et incisif. Christine Angot écrit un magnifique roman émouvant, profond, personnel et honnête qui sonne comme une réconciliation.



  • 26 août 2015

    amour, famille

    C’est le premier roman que je lis de cette auteure. Un « Je ne sais quoi » me retenait jusqu’à présent (peur du style, du propos auto-centré, sans doute).
    Finalement, je me lance. Je suis un peu déroutée par le style, le rythme des phrases, presque entre-coupées au mauvais moment de respiration. Les dialogues sont pleins de non-dits et de silences à combler.
    Mais le récit est intéressant : celui de la relation fusionnelle d’une fille avec sa mère, puis l’adolescence qui vient tout remettre en question, l’âge adulte difficile. Sans oublier le secret de la relation au père, ce fait qu’elle ne peut dire.
    Le récit d’une vie difficile avec pour toile de fond la judéité de la mère et son éternel statut de victime.
    L’image que je retiendrai :
    Celle des bisous que la petite fille qui rentre de l’école seule dès 3 ans fait à sa mère et qui, selon l’ordre, portent un nom différent. Sans oublier les mains douces de la mère dont son père était tombé amoureux.

    https://alexmotamots.wordpress.com/2015/08/19/un-amour-impossible-christine-angot/


  • par (Libraire)
    25 août 2015

    L'événement de cette rentrée littéraire

    D’une sensibilité rare, Christine Angot s’interroge avec brio sur la complexité des rapports mère-fille et tente de répondre à une question universelle : de quoi est fait l’amour maternel ? A la fois lumineux et bouleversant "Un amour impossible" est un texte brillant, maîtrisé de bout en bout et rythmé par des dialogues tirés au cordeau. Poignant !