Broderies

Broderies

Marjane Satrapi

L'Association

  • 29 octobre 2017

    bande dessinée

    Je connaissais la dessinatrice et auteure iranienne depuis Persepolis.
    Je découvre ce « one shot » grâce à une amie (merci M-D) qui entre dans l’intimité des femmes iraniennes le temps d’une après-midi. A la fin du repas familiale, après avoir débarrassé la table, les femmes se retrouvent à l’écart des hommes et discutent à bâton rompu…. des hommes, de leurs amours, de leurs mariages.
    En Iran, si les jeunes filles ne sont pas forcément libres de se marier avec qui elles veulent, elles sont libres de divorcer, parfois très rapidement après leur mariage.
    Mais la coutume est tenace : les femmes doivent avoir l’hymen intact le soir de leurs noces, il en va de la réputation du mari, et donc un peu aussi, des femmes. Même si certaines s’en moquent.
    Si dans cet album les femmes ne brodent pas de la dentelle, leurs discussions tournent autour des femmes et de leurs rapports aux hommes.
    http://alexmotamots.fr/broderies-marjane-satrapi/


  • 5 janvier 2011

    Un petit bijou d’intelligence et d’humour…

    C’est un album doté d’une liberté de ton très humoristique. Les sujets abordés sont plutôt graves (notamment la condition des femmes en Iran, les mariages forcés, la virginité) mais Marjane Satrapi leur instille son humour caustique si bien que l’ensemble paraît léger.

    - Ces femmes apparaissent comme des femmes fortes, capables de résister au plus retors des hommes. Comme le dit justement le grand-père de Marji à la fin du volume : « Quand le serpent vieillit, la grenouille l’encule. »

    Elles ont une vision très juste du mariage, même si au fond de leur âme elles continuent de croire en l’amour…

    « Je n’ai jamais vraiment compris comment c’était possible de se marier trois fois. Moi, un seul mariage m’a suffit pour me rendre compte que vivre avec un homme était impraticable !