C'est le coeur qui lâche en dernier

C'est le coeur qui lâche en dernier

Margaret Atwood

Robert Laffont

  • par (Libraire)
    7 novembre 2017

    Une dystopie aussi effrayante qu'hilarante!

    Bien connue pour son titre La servante écarlate (adapté récemment en série tv), Margaret Atwood nous projette, une fois de plus, dans un futur proche inquiétant. La différence réside cependant dans le traitement puisqu’elle nous offre un roman assez jubilatoire au rythme enlevé.

    Stan et Charmaine se prennent la crise économique de plein fouet. Trouver du travail et subvenir à leurs besoins relèvent du parcours du combattant. Aussi, lorsque Charmaine tombe sur une publicité vantant le mode de vie offert par Consilience, elle n’a qu’une hâte : signer. Le système est assez simple. Pendant un mois, les résidents occupent une charmante maison, ont un travail et l’argent nécessaire pour subvenir à leurs besoins. Le mois suivant, ils sont logés, mais en prison. Attention, le genre de prison grand luxe, avec des chambres confortables, des repas dignes d’un trois étoiles etc. N’y subsiste que la privation de liberté. Bien évidemment, l’envers du décor n’est pas si idyllique que cela et le couple risque d’en faire les frais…

    Très bien rythmé, beaucoup de dialogues et pas mal d’humour (le regard critique sur notre société restant quand même bien présent) : ce nouveau roman est une belle découverte.

    Emma


  • 26 octobre 2017

    Le meilleur des mondes

    On ne présente plus Margaret Atwood, qui signe un roman acerbe à l'humour implacable. Drôlissime, on rit également un peu jaune tant ce roman questionne notre rapport à la liberté et le fonctionnement de notre société.
    Stan et Charmaine, victimes de la crise sont contraints de vivre dans leur voiture. Ils sont immédiatement séduits lorsqu'un programme à la télévision leur propose un emploi, un toit, de la sécurité. La seule condition est de renoncer à pouvoir partir de cet endroit. Ils deviennent donc les prisonniers volontaires d'un monde où les règles absurdes sont la norme et où toutes les dérives sont permises : surveillance généralisée, robots prostitués, meurtres sous couvert du maintien de l'ordre.
    Empreint de l'imagerie des années 50 et du bonheur pour tous et sans limites, ce roman questionne ce qui définit le bonheur aujourd'hui dans nos sociétés et notre asservissement à des normes souvent très stéréotypées.


  • par (Libraire)
    26 septembre 2017

    Le nouveau roman de Margaret Atwood

    Après La Servante écarlate, devenue culte. Margaret Atwood nous livre un roman époustouflant, rempli d'humour noir.
    Un récit dystopique qui reflète malheureusement bien notre société.
    A quel point sommes nous prêt à abandonner notre liberté pour nous sentir en sécurité ?


  • 19 septembre 2017

    dystopie

    Un début noir sur fond apocalyptique : un couple qui n’a plus que sa voiture pour vivre après la Grande Crise qui a touché l’est du pays. Lui, Stan, au chômage ; elle, Charmaine, serveuse dans un bar. Chaque nuit, ils se déplacent de parking en parking pour échapper aux voleurs.

    Un jour, ils cèdent à l’appel d’une publicité leur vantant les mérites d’une ville où tout le monde a un emploi, une maison. Ils succombent à l’appel des sirènes.

    Dans leur nouvelle vie, Stan est réparateur de scooters et Charmaine est chargée d’injecter à des condamnés une piqûre létale. Ça aurait pu être intéressant, mais l’auteure n’exploite pas cette voie.

    La vie que le couple mène est un peu particulière : un mois ils habitent dans leur maison, et le mois suivant ils sont en prison (pendant ce temps, un autre couple habite leur maison). Chaque mois, les couples permutent. Ça aurait pu être intéressant comme concept, mais l’auteure n’exploite pas non plus cette voie.

    En fait, le Big Boss de l’entreprise est tombé amoureux de Charmaine et fait tout pour se rapprocher d’elle. Ça aurait pu être intéressant comme développement, mais l’auteure n’exploite pas cette voie.

    Stan découvre le trafic d’organes organisé par le Big Boss, et la future exploitation de sang de bébé. Mais il n’en fait rien. Il préfère se laisser déguiser en Elvis pour sortir de la ville.

    Ah ça, les sosies d’Elvis et Marilyn en prennent pour leur grade dans ce roman. Mais franchement, je m’attendais à un roman plus conséquent et engagé de la part de l’auteure de La servante écarlate.

    Je suis passée complètement à côté de son humour ; j’ai attendu sans fin un quelconque engagement. Une déception.

    Ceci dit, c’est un roman qui se lit bien et facilement.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des nounous bleus que les femmes tricotent les soirs en prison.

    http://alexmotamots.fr/cest-le-coeur-qui-lache-en-dernier-margaret-atwood/


  • 13 septembre 2017

    Coup de coeur littérature étrangère

    Margaret Atwood nous propose à nouveau une critique de la société et démontre qu'il n'y a qu'un pas entre humanité et monstruosité. Les deux héros vont avoir chacun leur façon de réagir aux choix inhumains qui leur sont imposés. un roman à deux voix qui ne vous laissera pas de marbre !


  • par (Libraire)
    4 septembre 2017

    The Atwood Show

    Featuring Elvis Presley & The Other Sexbots

    Une comédie des erreurs hormonales débridée par l'imagination et le rythme.
    Les idées sémillantes et le savoir-faire septuagénaire de la grande romancière canadienne.


  • par (Libraire)
    19 août 2017

    Stan et Charmaine ont tout perdu lors de la crise économique qui ravage les Etats-Unis. Ils acceptent d’adhérer au Projet composé de 2 unités, Consilience ville idéale où chacun a un travail et un logement et Positron, pénitencier géré pour en faire une unité économiquement viable. Pour une juste égalité entre les habitants chacun passe un mois à Consilience et un mois à Positron. L’engagement de Stan et Charmaine les lie à vie, si au début ils sont heureux petit à petit ils se sentent coincés dans ce système qui décide de leur vie à leur place.
    Dans un premier temps Margaret Atwood fait une critique sociale des USA, d’un système économique qui laisse les plus faibles sur le bord de la route et est prêt à tout pour engranger des profits. La deuxième partie du roman bascule dans une sorte de farce absurde dans laquelle on croise des Elvis Presley, des Marylin Monroe mais aussi une femme amoureuse d’un ours en tricot bleu !
    Etonnant et détonnant ! Valérie


  • par (Libraire)
    18 août 2017

    Vous avez lu La servante écarlate ?! Vous avez aimé ?!
    Courrez donc acheter le dernier roman de Margaret Atwood !!!

    Stan et Charmaine se retrouvent sans logement et sans travail suite à la crise économique qui a frappé de plein fouet les États-Unis ...
    Ils survivent tant bien que mal à coup de petits boulots et de nuits passées à l'arrière de la voiture.
    Puis un jour une publicité à la télé les fait rêver ...On y vante les mérites d'une ville appelée Consilience. Là-bas, tout le monde a un travail et un toit au-dessus de la tête !
    Le rêve !!
    Mais revers de la médaille oblige, tout ceci ne dure qu'un mois sur deux ...
    L'autre mois ils seront en prison et un autre couple prendra leur place dans la maison ...
    Roman dystopique par excellence, C'est le cœur qui lâche en dernier est un vrai coup de cœur !!!
    C'est noir, cynique, mordant, drôle et tragique à la fois, c'est surtout à lire de toute urgence !!!!!!!!!!